Colloque, débat

ANNULÉ Léonard et Machiavel : quand deux génies de la Renaissance se rencontrent chez le Prince (conférence liée au Grand débat d'automne)

Conférencier : Patrick BOUCHERON (professeur au Collège de France)
Modérateur : Norihiko FUKUI (pdt de la Fondation Maison franco-japonaise)

Proprietes de l'evenement

2019-10-23(Mer) 18:30 - 20:30 Inscription
Lieu
日仏会館ホール
東京都渋谷区恵比寿3-9-25 渋谷区, 東京都 150-0013 Japan
日仏会館ホール
Max. 130
Frais non-membre 1 000 yen, étudiant 500 yen, membre de la MFJ entrée libre
Pré-inscription obligatoire
Langue en français et en japonais (avec traduction consécutive)
Organisation Fondation Maison franco-japonaise
Co-organisation IFRJ-MFJ
23

Monsieur Patrick Boucheron a dû annuler sa venue au Japon pour des raisons de santé. Par conséquent, nous sommes malheureusement dans l’obligation d’annuler sa conférence du 23 octobre « Léonard et Machiavel : quand deux génies se rencontrent chez le Prince ».
Le grand débat du samedi 26 octobre est maintenu malgré l’absence de Monsieur Boucheron et prendra la forme d’une table ronde.

 

 

 

Saviez-vous que Léonard et Machiavel étaient  contemporains? Ils ont vécu en Italie du Nord du début du 16e siècle en plein bouleversement. Ils se sont rencontrés en juin 1502 à Urbino dans le Palais de César Borgia. Et pourtant, ils n’ont laissé aucune trace de leurs échanges qui auraient suivi. Le grand spécialiste de la Renaissance en Italie essayera de retracer leurs itinéraires en parallèle et de mettre en relief leur connivence face au temps commun.    

 

Patick Boucheron est né en 1965. Historien, il est professeur au Collège de France. Il a notamment publié Léonard et Machiavel (Verdier, 2008), Conjurer la peur: Sienne, 1338 (Seuil, 2013), Prendre dates (avec Mathieu Riboulet, Verdier, 2015), Ce que peut l’histoire (Fayard, 2016), Histoire mondiale de la France (direction, Seuil, 2017), Un été avec Machiavel (éd. des Equateurs, 2017), La Trace et l’Aura. Vies posthumes d’Ambroise de Milan (Seuil, 2019) 

 

 

Patrick Boucheron, Léonard et Machiavel
La scène se passe à Urbino, au palais ducal, à la fin du mois de juin 1502. Dans l’effet de souffle des guerres d’Italie, les petits États tremblent sur leur base ; ils seront à qui s’en emparera hardiment. Insolent et véloce comme la fortune, César Borgia est de ceux-là.
Le fils du pape donne audience à deux visiteurs. Le premier est un vieux maître que l’on nomme’ Léonard de Vinci, le second un jeune secrétaire de la Chancellerie florentine du nom de Nicolas Machiavel.
De 1502 à 1504, ils ont parcouru les chemins de Romagne, inspecté des forteresses en Toscane, projeté d’endiguer le cours de l’Arno. Un même sentiment d’urgence les fit contemporains. Il ne s’agissait pas seulement de l’Italie : c’est le monde qui, pour eux, était sorti de ses gonds.
Comment raconter cette histoire, éparpillée en quelques bribes ? Léonard ne dit rien de Machiavel et Machiavel tait jusqu’au nom de Léonard. Entre eux deux coule un fleuve. Indifférent aux efforts des hommes pour en contraindre le cours, il va comme la fortune.
Alors il faut le traverser à gué, prenant appui sur ces mots rares et secs jetés dans les archives comme des cailloux sonores.
(Quatrième de couverture, rééd.Verdier/poche, 2013) 

 

Article de Télérama du 16 août 2017 : https://www.telerama.fr/livres/leonard-et-machiavel,35643.php

 

 

 

Les manifestations de la Maison franco-japonaise sont soutenues par nos membres individuels et bienfaiteurs.